La certification DPE

houseOU Evaluation des compétences de l’opérateur réalisant le diagnostic de performance énergétique

 

DPE sans mention / DPE avec mention

Sur les domaines DPE sans et avec mention et Plomb avec mention des pré-requis sont exigés.

Sans document attestant de ces pré-requis la candidature ne pourra être reçue.

Le cas échéant (cas particulier, cas d’urgence…) la candidature sera acceptée mais le certificat ne sera délivré qu’à réception de l’ensemble des documents.

  DPE sans mention DPE avec mention Plomb avec mention
POUR TOUS LES CYCLES :

1er

 Pré-requis obligatoire

Attestation de formation de 3 jours réalisée dans  les 18 mois précédant votre candidature Attestation de formation de 5 jours réalisée dans  les 18 mois précédant votre candidature

 

Etre titulaire de la certification CREP
Documents acceptés Attestation de formation délivrée par un organisme de formation

 

Copie du certificat en  cours de validité
UNIQUEMENT EN CYCLE INITIAL :

 

2nd

 Pré-requis obligatoire

 

Diplôme de niveau  au moins Bac + 2 domaine des techniques du bâtiment

OU

Expérience professionnelle d’au moins  3 ans  dans le bâtiment

Soit Bac + 2* dans le bâtiment et 3 ans d’expérience professionnelle dans le bâtiment

Soit Bac + 3* dans le bâtiment et 2 ans d’expérience professionnelle dans le bâtiment

Soit Bac + 5* dans le bâtiment et 1 an d’expérience professionnelle dans le bâtiment

 

 

 

Avoir passé une étape de surveillance CREP

Documents  acceptés Copie du diplôme ou extrait  certificat de travail, bulletin de salaire, attestation employeur, extrait K bis pour les gérants. Copie du résultat de surveillance

*Les pré-requis professionnels (hormis les formations) peuvent être remplacés par un contrôle sur ouvrage Niv 1. au tarif de 1 000€ HT.

 

La procédure d’attribution de la mention est celle d’une extension de portée et non celle d’un maintien de la portée. Les pré-requis exigés sont donc ceux d’une certification initiale.

L’examen du dossier n’est pas facturé.

Chaque candidat reçu recevra une confirmation par courriel de l’équipe administrative LCC QUALIXPERT.

Chaque candidat reçu reçoit un numéro unique qui lui est automatiquement attribué ou dans le cas d’un cycle de recertification, le candidat conserve le numéro de certifié qui lui a été attribué lors de son premier cycle de certification.

 

Les qualifications professionnelles pré-requises des candidats à la certification sont :

 

  • soit, pour les candidats à la certification sans mention, la preuve par tous moyens d’une expérience professionnelle de trois ans de technicien ou agent de maîtrise du bâtiment ou dans des fonctions d’un niveau professionnel équivalent dans le domaine des techniques du bâtiment ;
  • soit un diplôme sanctionnant une formation du niveau de l’enseignement postsecondaire d’une durée minimale de deux ans ou d’une durée équivalente à temps partiel dans le domaine des techniques du bâtiment, dispensée dans une université ou un établissement d’enseignement supérieur ou dans un autre établissement de niveau équivalent, ce diplôme ayant été délivré par une autorité compétente d’un Etat de la Communauté européenne ou partie à l’accord sur l’Espace économique européen ; un titre professionnel ou une certification de qualification professionnelle de niveau équivalent sont acceptés par l’organisme de certification en remplacement du diplôme ; pour les candidats à la certification avec mention, ce diplôme doit être complété par la preuve par tous moyens d’une expérience professionnelle dans le domaine des techniques du bâtiment ; les durées minimales d’expérience professionnelle pour les personnes titulaires d’un diplôme sanctionnant une formation d’une durée de cinq, trois et deux ans sont respectivement d’un, deux et trois ans ;
  • soit les qualifications professionnelles exigées par un des Etats susmentionnés pour une activité de diagnostic de performance énergétique comparable, ces qualifications ayant été obtenues dans un de ces Etats.

 

Ces compétences sont vérifiées par deux épreuves : un examen théorique et un examen pratique dans le cadre du DPE sans mention.

Et par trois épreuves dans le cadre du DPE avec mention : un examen théorique DPE sans mention, un examen théorique DPE avec mention et un examen pratique. Pour les candidats ayant validés leur théorie sans mention à compter du 01/02/12, la note de cet examen (valable 1 an maximum) sera prise en compte pour l’examen DPE mention.

 

Lors de l’examen théorique, la personne physique candidate à la certification démontre qu’elle possède les connaissances suivantes, appliquées aux maisons individuelles et aux appartements :

  1. Les généralités sur le bâtiment :
  • la typologie des constructions, les bâtiments, les produits de construction, les principaux systèmes constructifs, les techniques constructives, notamment les différents types de murs, de toiture, de menuiseries, de planchers, de plafonds, leur évolution historique et leurs caractéristiques locales ;
  • les spécificités des bâtiments construits avant 1948, notamment en termes de conception architecturale et de caractéristiques hygrothermiques des matériaux.
  1. La thermique du bâtiment :
  • la thermique des bâtiments, notamment les notions de thermique d’hiver et d’été, de prévention et de traitement des désordres thermiques ou hygrométriques sur les bâtiments ;
  • les grandeurs physiques thermiques, notamment la température, les degrés jours unifiés, la puissance, les énergies primaire et secondaire, le flux thermique, la résistance thermique, la conductivité thermique, la capacité calorifique, l’inertie thermique, les pouvoirs calorifiques supérieur et inférieur, la notion d’émission de gaz à effet de serre ;
  • les différents modes de transfert thermique : conduction, convection (naturelle et forcée), rayonnement ;
  • les principes des calculs de déperditions par les parois, par renouvellement d’air ;
  • les principes de calcul d’une méthode réglementaire ainsi que les différences pouvant apparaître entre les consommations estimées et les consommations réelles compte tenu notamment de la présence de scenarii conventionnels ;
  • les sources de différence entre les consommations conventionnelles et mesurées.
  1. L’enveloppe du bâtiment :
  • les matériaux de construction, leurs propriétés thermiques et patrimoniales, notamment pour des matériaux locaux ou présentant un faible impact environnemental et leur évolution historique ;
  • les défauts d’étanchéité à l’air et de mise en œuvre des isolants ainsi que les sources d’infiltrations d’air parasites ;
  • les possibilités d’amélioration énergétique et de réhabilitation thermique de l’enveloppe du bâtiment et leurs impacts potentiels, notamment sur les besoins en énergie du bâtiment, ses émissions de gaz à effet de serre et sur les changements hygrothermiques des ambiances du bâtiment.
  1. Les systèmes :
  • les réseaux de chaleur, les équipements techniques, notamment les principaux équipements individuels de chauffage, de climatisation et de production d’eau chaude sanitaire utilisant différentes sources d’énergie ;
  • les principaux équipements de ventilation : simple et double flux ;
  • les principaux équipements individuels utilisés pour contrôler le climat intérieur ;
  • les défauts de mise en œuvre des installations et les besoins de maintenance ;
  • les technologies innovantes ;
  • les notions de rendement des installations de chauffage et de production d’eau chaude sanitaire ;
  • la mise en place d’énergies renouvelables ;
  • les possibilités d’amélioration énergétique et de réhabilitation thermique des systèmes et leurs impacts potentiels, notamment sur les besoins en énergie du bâtiment, ses émissions de gaz à effet de serre et sur les changements hygrothermiques des ambiances du bâtiment.
  1. Les textes réglementaires :
  • les textes législatifs et réglementaires sur le sujet, notamment les différentes méthodes d’élaboration des diagnostics, la liste des logiciels arrêtée et pouvant être utilisés ;
  • les notions juridiques de la propriété dans les bâtiments et les relations légales ou contractuelles entre les propriétaires du bâtiment, les propriétaires des locaux à usage privatif, les occupants, les exploitants et les distributeurs d’énergie ;
  • la terminologie technique et juridique du bâtiment, en rapport avec l’ensemble des domaines de connaissance mentionnés ci-dessus.

L’examen pratique sous forme d’une mise en situation  permet de vérifier que le candidat :

  • est capable d’élaborer le diagnostic de performance énergétique en utilisant une méthodologie adaptée aux cas traités, à en interpréter les résultats et à les restituer à un non spécialiste.
  • sait évaluer la consommation d’un bâtiment par une au moins des méthodes réglementaires de consommations estimées et est capable de déterminer les données d’entrée de cette méthode ;
  • sait évaluer la consommation d’un bâtiment par la méthode des consommations relevées et est capable de déterminer les données utiles dans les factures et les utiliser ;
  • est en mesure de proposer des recommandations adaptées aux cas traités, en tenant compte du contexte technique, juridique, économique et environnemental.
  • sait rédiger des rapports en langue française qui constituent la matérialisation de la prestation effectuée.

La personne certifiée titulaire de la mention “diagnostic de performance énergétique à l’immeuble ou des bâtiments à usage principal autre que d’habitation” démontre qu’elle possède, en sus des compétences mentionnées sur cette  présente annexe, les connaissances suivantes appliquées aux immeubles et aux bâtiments à usage principal autre que d’habitation, tenant compte de leurs spécificités et de leur niveau de complexité :

  1. Les généralités sur le bâtiment :
  • l’analyse des configurations thermiquement défavorables pour les locaux au sein de l’immeuble.
  1. La thermique du bâtiment :
  • le diagramme de l’air humide.
  1. L’enveloppe du bâtiment.
  2. Les systèmes :
  • les différents systèmes de chauffage, de refroidissement, de production d’eau chaude sanitaire, de ventilation et d’éclairages dans les bâtiments à usage principal autre que d’habitation et les parties communes des immeubles ;
  • les chaufferies : fonctionnement, sécurité, performances ;
  • les auxiliaires des différents systèmes ;
  • les notions de prévention des risques liés aux légionnelles ;
  • l’équilibrage des réseaux de distribution ;
  • les principaux équipements collectifs de chauffage, de climatisation, de production d’eau chaude sanitaire, de ventilation et ceux utilisés pour contrôler le climat intérieur ;
  • les possibilités d’amélioration énergétique et de réhabilitation thermique des systèmes des bâtiments ;
  • les notions de conditionnement d’air et de distributions hydraulique et aéraulique
  • les centrales de traitement d’air : mélange, filtration, humidification, chauffage, refroidissement, déshumidification, etc
  1. Les textes réglementaires :
  • les dispositions de sécurité et de santé applicables aux lieux de travail liées au sujet de la performance énergétique.

 

Téléchargez vos documents